Premières sorties…

Trois mois sans vraiment faire de sport intensif, cela se ressent dans les jambes lorsque l’on reprend l’entrainement. Même si je sais que mon tour du monde ne va pas être une course contre la montre, il faut se préparer un minimum à tenir la route, surtout quand on va être entre 5 et 6h chaque jour sur le vélo. Alors, pour bien se préparer, j’ai décidé de reprendre une partie de l’entrainement que je m’étais imposé entre janvier et juin 2016 avant de partir faire le Chemin de Compostelle à vélo : 2 à 3h de course à pieds & 4 à 8h de vélo par semaine + une alimentation saine sans alcool.

Bon à l’époque, j’étais en Beauce, tout était plat, j’avalais les kilomètres sans me plaindre et je pouvais faire une heure de sport en salle en plus chaque jour de semaine. Ici, sur la Côte d’Azur, plus de salle de sport et beaucoup de montagne… ce qui réduit les kilomètres, mais permet un entrainement plus poussé. Mes jambes me l’ont bien fait comprendre :

  • Course – 5km – 33’37 – 6’39/km – DP 96+
  • Course – 11km – 1’10’39 – 6’23/km – DP 195+
  • Vélo – 40,8km – 3’02’41 – 13,4/km – DP 1151+
  • Course – 5,3km – 32’55 – 6’10/km – DP 148+
  • Vélo – 39,6km – 2’41’59 – 14’9/km – DP 1034+

Sur la dernière sortie en vélo, venant de recevoir mon colis du Vieux Campeur, j’ai pu tester une partie de mon équipement en conditions réelles.

>> Cuissard à bretelles (Sportful) et pantalon (A2B commuter) : Je les avais choisis sur les conseils du vendeur en boutique. Un bon compromis en tant que deuxième cuissard en termes de qualité/prix, et un pantalon qui taillait bien et devait faire office de surcouche au besoin. Vu les récentes températures (5° au départ), j’ai choisi de faire le test des deux ensembles, le vendeur m’ayant assuré que le pantalon n’aurait pas à craindre le frottement. Pendant la première heure, une sensation parfaite au niveau des jambes qui n’avaient pas froid, et un confort excellent pour l’assise. C’est ensuite que j’ai commencé à avoir quelques douleurs, mais je pense qu’elles provenaient plus de la reprise du vélo qu’autre chose. A voir sur le long terme si l’alliance des deux est vraiment concluante, ou si les deux couches vont me faire mal. Auquel cas, on gardera uniquement le cuissard avec des jambières.

>> Veste imper Element GT (Gore Bike Wear) : Surement l’élément principal de ma garde robe sur lequel j’ai préféré mettre en qualité pour être sur d’avoir un très bon produit qui pourra me protéger du froid et de la pluie pendant les prochaines années. J’avais un peu peur quand le vendeur m’a montré la veste, car elle était très fine, me disant que j’allais avoir froid. Alors pour le premier test, j’ai décidé d’y mettre un pull fin en dessous. 5 min après être parti, j’ai du l’enlever tellement j’avais chaud avec la veste (alors qu’il faisait 5° à l’extérieur). Après presque trois heures de test, cette veste est juste parfaite pour des conditions météo qui ne dépassent pas les 10/15°, au dessus, mieux vaut éviter de la mettre pour ne pas transpirer abondamment. Je n’ai jamais eu froid pendant toute la sortie, et grâce à sa ventilation je n’ai eu aucune gêne. Un produit qui va être un parfait compagnon !

En attendant une journée pluvieuse pour tester l’équipement de pluie entièrement, on peut dire que tout roule pour l’instant !

 

Par | 2017-02-19T10:08:27+00:00 janvier 20th, 2017|France|0 commentaire

Laisser un commentaire