Chargement…
Géorgie 2017-12-01T23:59:34+00:00

EN RESUME

Ô douce Géorgie, nous ne te verrons que sous une belle pluie alors que tu avais tant de magnifiques paysages à nous faire découvrir, tant de balades en montagne que nous aurions pu faire, tant de chemins à explorer. Mais nous avons pu voir la gentillesse de tes habitants quand nous en avions besoin, rester dans un de tes Monastères pour nous y reposer, entrevoir ta culture festive pour nous revigorer. Il y aura tes caves et tes grottes magnifiques qui nous laisseront rêveur. Il y aura tes paysages et panoramas grandioses sur les routes de David Goredja qui nous ferons perdre notre regard au loin. Puis il y a ta nourriture. Celle-là même que nous adorerons tester chaque jour pour goûter tout ce que tes étals pouvaient nous proposer sur les marchés ou dans les magasins. La pluie nous aura endurci et aura testé notre matériel, mais nous aurons vu un grand potentiel dans tes régions riches en espaces naturelles qui mériteraient bien plus de temps pour les escalader et les parcourir comme il se doit. Seules tes routes ne nous laisseront pas un bon souvenir, surtout pour nos vélos, qui y laisseront quelques plumes, mais rien qui ne les découragera de continuer d’avancer !

LA VIE AU QUOTIDIEN

Les habitants : De prime abord, les géorgiens semblent renfermés sur eux-mêmes, peu enjoués, avec des visages très fermés qui n’invite pas tout de suite à la conversation. Mais une fois qu’elle est lancée, ils sont très ouverts, à vouloir nous faire découvrir leur culture et leur pays. Des gens qui aiment faire la fête et partager ce qu’ils ont avec les autres.

La langue : Il est très compliqué de visiter le pays si l’on ne parle pas le russe. L’anglais est parlé dans les grandes villes, mais là encore, cela reste limité. La plupart des indications étant écrite dans l’alphabet cyrillique cela pose quelques problèmes pour s’y retrouver

La nourriture : Le plus intéressant reste de se retrouver devant leur petite boulangerie et chaque jour de vouloir tester quelque chose de nouveau tant il y a de diversité. Mais attention, ce type de nourriture géorgienne peut vite rester sur les hanches, car tout est fait à base de pain ou de pâte feuilletée, de quoi bien tenir sur l’estomac. Vous trouverez aussi de nombreux plats dans les restaurants autour de la viande qu’ils cuisinent très bien. Pour nous, notre séjour a aussi été l’occasion de tester dans les supermarchés tous les jours de nouveaux gâteaux qu’ils proposent en libre-service dans d’énormes boites.

L’hébergement : La qualité des hébergements est plutôt variable, mais il est facile de trouver des hostels ou guesthouse dans toutes les villes du pays à des prix très raisonnables. Un bon moyen de découvrir la vie quotidienne des habitants et de parler avec eux.

Les routes : L’enfer le plus parfait pour les cyclistes, avec des routes qui semblent être en guerre avec elles-mêmes, s’obligeant à créer des trous ici et là. Le sport favori des conducteurs semble d’essayer d’éviter les trous, quitte à devoir aller sur la voie d’en face pour les éviter.

EN IMAGES

LES DIFFERENCES DE CULTURE

Le gaz pour tous : Une des premières choses qui nous a interpellé en traversant les villes géorgiennes, c’est de voir ces longs tuyaux de gaz sortir de terre pour créer une sorte de carte au trésor. C’est assez unique de voir comment ces tuyaux s’intègrent dans le paysage pour créer une certaine harmonie.

La petite maison dans la prairie : En Géorgie, nous ne verrons pratiquement pas d’immeubles. La norme semble être d’avoir sa propre petite maison avec un beau carré de jardin. Cela crée des villes qui s’étalent sur plusieurs kilomètres avec des quartiers résidentiels plutôt important.

La rue est aux animaux : Vaches, cochons, chèvres, chiens, chats… les routes géorgiennes leurs appartiennent. Ils se baladent tranquillement, traversent par ici, se pose à l’ombre d’un arbre là-bas, et tous les conducteurs sont extrêmement respectueux envers eux. Nous ne verrons pratiquement aucun animal mort sur le bord des routes.

Les signes religieux : Dans les minibus, comme dans les taxis, si vous regardez au-dessus du conducteur, vous pourrez apercevoir de nombreux signes religieux et portraits de Saints accrochés. La foi Orthodoxe ici en Géorgie est assez importante pour qu’elle ne soit pas séparée de la vie quotidienne. Fait intéressant en termes de dévotion, devant chaque Eglise, les Géorgiens se signeront trois fois, même si ils n’y rentrent pas, le simple fait de voir l’Eglise suffira.

Une fois à droite, une fois à gauche : Nous ne savons pas pourquoi, mais en Géorgie, il semblerait que pour se faciliter la tâche, les constructeurs de voitures vendent aussi bien avec le volant à droite qu’à gauche. Ce qui est assez étonnant puisque le sens de circulation ne change pas. Mais certains conducteurs semblent préférer se compliquer la tâche au volant.

La boite magique : Dans toutes les villes, vous pourrez voir des paybox. Il s’agit d’un terminal magique qui permet aux géorgiens de réaliser à peu près toutes les opérations de la vie quotidienne. Recharger son téléphone, payer ses impôts, consulter son compte bancaire, aller sur Internet, appeler un taxi, etc. Tout semble possible, rendant plus pratique certaines choses.

Le vin maison : Sur le bord des routes, ou si vous êtes invités chez un géorgien, vous aurez le droit de goûter au vin maison. Pas de bouteilles en verre ici, il est vendu dans des bouteilles d’eau de 5L. En bons français, c’est assez perturbant de prime abord, pensant à de la piquette, mais après l’avoir essayé, ce dernier passe bien.

LA ROUTE DE KIKI

CARNET DE ROUTE

juin 2017

mai 2017

STATISTIQUES

0
jours sur les routes
0
kilomètres parcourus
0
minutes sur les routes
0
dénivelé positif
0
calories dépensées par personne

METEO

0
jours de soleil
0
jours de nuages
0
jours de pluie

HEBERGEMENT

0
nuits dans un monastère
0
nuits à l’hôtel

BUDGET

0
par personne
Logement 36%
Nourriture 33%
Transports 8%
Activités 4%
Vélo 8%
Divers 8%
Hors budget 3%