Chargement…
Tadjikistan 2017-12-02T00:00:46+00:00

EN RESUME

Il y a des beautés fatales partout dans le monde. Puis il y a le Tadjikistan. Un pays sur la route de la soie encore préservé du tourisme de masse et dont l’écrin de nature est encore vierge. Partout où votre regard se porte, ses hautes et délicieuses montagnes vous entourent. Elles vous murmurent, elles vous appellent, toutes vous charmeront pour que vous veniez y poser le pied. Vous vous sentirez seul au monde dans cette vaste étendue qu’est la Pamir. Vous y rencontrerez une population accueillante et ouverte. Vous y ferez le point avec vous-même. La vie est simple et rurale, loin des fastes de la capitale Douchanbé pour celui qui veut revenir à l’essentiel. Mais la nature vous rappelle souvent qu’elle est dangereuse, imprévisible et terrifiante, tout autant qu’elle peut être magnifique et extraordinaire. S’aventurer sur les routes du Tadjikistan, c’est se préparer à l’inconnu et à la difficulté du quotidien.

LA VIE AU QUOTIDIEN

Les habitants : Heureux et souriant, toujours prêts à nous aider ou à venir discuter quelques mots avec nous. Dans tous les villages, les locaux nous saluent, comme nous les saluons, et dans tous les villages les enfants crient et courent après nous pour que nous leur tapions dans la main. Un vrai bonheur quotidien.

La langue : L’anglais est très peu parlé sauf dans la capitale assez touristique. En dehors, le russe prévaut, et parfois le turc (de nombreux hommes partant travailler en Russie pour des compagnies turques). Les conversations de bases restent les mêmes que dans les autres pays d’Asie Centrale, à savoir la nationalité, le nom, le temps de voyage et tout ce qui touche à la famille (mariage, enfants).

La nourriture : La diversité culinaire n’est pas quelque chose de très répandue au Tadjikistan. Vous trouverez principalement des soupes (avec légumes ou viande), des plovs et de la viande avec des légumes. Sorti de ces trois plats, la variation vient principalement des légumes que vous trouverez dans chaque village (pomme de terre, oignon, carotte, tomate, choux).

L’hébergement : Il n’y a pratiquement aucune difficulté à trouver un hébergement dans chaque village. Ici, le concept de homestay prévaut, c’est-à-dire le logement chez l’habitant. Souvent une chambre avec quelques matelas pour dormir par terre, avec en plus le petit-déjeuner et le diner. Une bonne chose si l’on souhaite mieux s’imprégner de la culture locale et discuter avec les gens. Pour le camping, il n’y a certainement pas meilleur pays pour se retrouver complètement seul dans un environnement magique chaque matin différent.

Les routes : Si un classement devait se faire, le Tadjikistan devrait arriver dans les dernières places. Les routes ne sont pas entretenues, créant des vides différents en fonction des portions. Des trous dans l’asphalte, des pierres, de la terre, du sable, tout est possible, seule votre imagination peut faire barrière à l’état des routes que vous traverserez dans ce pays. Il n’y a vraiment qu’à la capitale est sur une grande portion de la M41 entre Khorog et Murghab que l’on peut considérer avoir une « bonne route ».

EN IMAGES

LES DIFFERENCES DE CULTURE

Les petits travailleurs : Ici, les enfants sont mis à contribution dès leur plus jeune âge. Ils vont aider les parents dans les tâches quotidiennes, servir les plats et débarrasser au restaurant, ranger et nettoyer les chambres, et très souvent, ils serviront de « rabatteurs » dans la rue pour que les touristes soient plus « touchés » et cèdent plus facilement.

La main magique : Être un conducteur au Tadjikistan, c’est s’attendre à se faire arrêter très régulièrement par des patrouilles ou des check-points. Dans ce cas, il suffit simplement de sortir du véhicule, aller vers l’officier, lui serrer la main, et repartir. Le tout, en lui laissant un petit billet au passage pour pouvoir reprendre la route.

Les taxis de l’extrême : Les taxis sont une espèce à part dans le pays. Tout le monde ou presque peut l’être. Mais que la voiture soit une Lada ou un 4×4, elle empruntera toutes les routes, aussi déplorables soient-elles, pour vous amener à destination. Et l’objectif premier est de remplir au maximum la voiture pour être le plus rentable possible sur un trajet. Alors si l’on peut être 5, 6, 7, 8 ou plus, on y va et on s’entasse, quitte à en mettre dans le coffre. Ce dernier, si il n’est pas occupé, est rempli à ras bord d’affaires en tout genre, et quand il ne suffit pas, le toit sert à son tour. Fait intéressant, vous trouverez toujours une pastèque ou un melon dans un taxi.

Les containers magiques : Baladez-vous dans les bazars du pays, et vous retrouvez une même constante, les containers. Pas besoin d’avoir de bâtiments, les containers suffisent à faire tenir à l’intérieur une petite boutique avec quelques denrées à vendre. La visite des bazars est une activité à part entière.

Les abribus : Datant de l’air soviétique, le Tadjikistan regorge d’abribus tous plus fous les uns que les autres. Durant l’ex URSS, les designers testaient leurs idées sur les abribus, permettant aujourd’hui de créer un circuit touristique unique à lui seul. Vous pourrez en voir dans les endroits les plus insolites possibles, comme en haut d’un col à 3251m ou en plein milieu de nulle part. Aujourd’hui, ils servent principalement d’abris pour les animaux en cas de pluie.

Les check-points : Dans tous les pays, sur toutes les routes, se trouvent des check-points pour un contrôle de routine. Passeport et visa sont à chaque fois demandés, pour ensuite reporter sur un petit cahier, à l’aide d’un stylo, toutes les informations importantes. La question qui nous taraude est de savoir si une personne « s’amuse » ensuite à informatiser tous ces cahiers dispersés dans le pays pour avoir un registre à jour.

Les petits markets : A la différence d’autres pays, dans les markets du Tadjikistan, vous trouverez principalement que des gâteaux. Des tonnes de gâteaux de toute sorte et de tous les goûts. Le rayon qui leur est consacré sera toujours le plus important, et peut-être qu’avec un peu de chance vous trouverez des yaourts ou d’autres produits frais cachés derrière eux.

Cachée derrière : La plupart des jeunes femmes porteront pour travailler à l’extérieur des cagoules ou des tissus pour protéger leur visage. Ici, avoir une peau blanche est très important pour elles avant le mariage. Alors elles se couvrent au maximum pour éviter au maximum de bronzer.

A ciel ouvert : Il n’y a pas de système de recyclage au Tadjikistan, ni même énormément de poubelles dans les rues. Alors les détritus terminent souvent dans des décharges à ciel ouvert improvisées et cachées derrière quelques panneaux de bois, parfois dans la nature directement derrière la maison, ou encore brulés pour ne pas avoir à s’en soucier.

LA ROUTE DE KIKI

CARNET DE ROUTE

août 2017

juillet 2017

STATISTIQUES

0
jours sur les routes
0
kilomètres parcourus
0
minutes sur les routes
0
dénivelé positif
0
calories dépensées par personne

METEO

0
jours de soleil
0
jours de nuages
0
jours de pluie

HEBERGEMENT

0
nuits en tente
0
nuits chez l’habitant
0
nuits à l’hôtel

BUDGET

0
par personne
Logement 33%
Nourriture 31%
Transports 4%
Activités 1%
Vélo 2%
Divers 29%
Hors budget 0%